Accueil / Ruralité / agriculture / L’agenda de la mal bouffe.

L’agenda de la mal bouffe.

L’annonce récente de l’installation de la première usine destinée à produire de la « viande » chimique en France n’est pas une surprise pour ceux qui s’intéressent à l’actualité et savent la décrypter. Ce que tout citoyen qui veut rester libre devrait faire. La dictature orwellienne en train de se mettre en place nous préfèrerait moutons dociles mais il reste encore quelque « villages gaulois » qui résistent encore et toujours aux envahisseurs de nos cerveaux.

L’agenda d’une manipulation hors norme !

L’ouverture de cette usine est le fruit d’un processus de manipulation assez remarquable. Il nécessite les acteurs suivants :

  • quelques financiers avides de profit, leurs noms sont connus, ce sont les concepteurs du RIP animaux (voire le lien vers l’article du Figaro en bas d’article) ;
  • des députés et politiques complices (voir le lien de la tribune du député Dombreval en fin d’article) ;
  • des groupes de pression : associations diverses, people, « journalistes »… ;
  • des « idiots utiles » (militants) qui pensent oeuvrer pour le « bien-être animal » alors qu’ils sont instrumentalisés par ce que la finance peut produire de pire.
  • une opinion publique rendue malléable par la propagande télévisuelle et un mode de vie citadin déraciné et débilitant.

Les étapes sont claires et connues :

  • On crée et on finance des associations qui luttent pour le bien-être animal, contre l’élevage et contre la chasse. Bénéficiant de fonds importants grâce aux initiateurs de ce projet, elles déploient un activisme efficace bien que mensonger.
  • On développe l’agri-bashing, on étouffe nos agriculteurs avec de plus en plus de règles, de normes contraignantes, ce qui en pousse beaucoup à abandonner et certains au suicide. Cet agri-bashing est même repris par des députés. J’en veux pour preuve les déclarations de Jean-Charles Larsonneur, député du Finistère qui avait utilisé des termes comme « holocauste quotidien » ou « pratiques cruelles d’un autre âge » à propos de l’élevage.
  • On entretient la confusion en autorisant la ministre de l’écologie à empiéter sur le terrain du ministre de l’agriculture. Qui est en charge de l’agriculture en France ?
  • On emploie toutes les ressources du monde moderne pour lancer des campagnes de désinformation, de mensonges,de manipulation de l’opinion publique.
  • Enfin on ouvre la première usine de production d’aliments chimiques qu’on ose l’appeler « les nouveaux fermiers » ! Je rappelle qu’un fermier est, selon le dictionnaire, un chef d’exploitation agricole, locataire ou non des terres qu’il cultive.
  • On bafoue la loi puisque, suite à l’adoption de la proposition de loi relative à la transparence de l’information sur les produits alimentaires, l’utilisation des dénominations animales (steak, filet, saucisse…) aux produits végétaux est désormais interdite. Article L412-10, créé par LOI n°2020-699 du 10 juin 2020 – art. 5 « Les dénominations utilisées pour désigner des denrées alimentaires d’origine animale ne peuvent être utilisées pour décrire, commercialiser ou promouvoir des denrées alimentaires comportant des protéines végétales. Un décret fixe la part de protéines végétales au-delà de laquelle cette dénomination n’est pas possible. Ce décret définit également les modalités d’application du présent article et les sanctions encourues en cas de manquement. »

Pour quel résultat ?

Tout cela pour produire des aliments qui, selon une étude de l’association de Consommateurs CLCV, « sont principalement composés d’eau à laquelle on ajoute de la matière grasse, du sel, des additifs, et un peu de végétal. »

Lisa Faulet qui a coordonné l’enquête ajoute : « ils cachent une composition assez pauvre en ingrédients d’origine végétale, dont beaucoup d’eau, et surtout on ne connaît pas l’origine des ingrédients, comme le soja. La majorité de ces produits contiennent des additifs, donc il faut les consommer de manière occasionnelle, ce n’est pas forcément ce qu’on recherche quand on achète ces produits qui ont une image saine et bonne pour l’environnement ». Voir le lien en bas d’article.

Un des deux co-créateurs de l’usine récemment ouverte en France nous affirme que « Notre positionnement, c’est la santé ». Il devient urgent que nous nous cotisions pour offrir un dictionnaire à ce monsieur !

Le cauchemar de Claude Zidi dans L’aile ou la cuisse qui date de 1976 se réalise sous nos yeux.

https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/les-infos-de-6h-alimentation-la-composition-des-produits-vegan-epinglee-7800843651/amp?__twitter_impression=true

https://www.lejdd.fr/Economie/tribune-pour-le-depute-lrem-loic-dombreval-il-faut-lever-le-tabou-sur-la-viande-creee-en-laboratoire-3952492

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/substituts-vegetaux-de-viande-lancement-de-la-premiere-usine-en-france-les-nouveaux-fermiers-20200921

https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGIARTI000041983639/2020-06-12

 

About Denis Plat

Vérifiez aussi

Les loups ne mangeront pas le sanglier…

Le site d’information belge 7 sur 7 nous montre les images d’un sanglier confronté à …