Arnaud prélève 3 sangliers et un chevreuil en une battue


Mais quelle chance incroyable vient d’avoir Arnaud , ce chasseur féru de grands gibiers nous raconte sa journée hors normes.

Un dimanche comme un autre…

Je me lève pour aller à la chasse avec une bande de copain que je côtoie depuis longtemps. On se retrouve tous au cabanon de Sorède un petit village catalan, serge et jacques (chefs de battue) annonce la battue du matin « le llerou » il indique donc les règles de sécurités à appliquer ainsi que les animaux que l’on peut tirer, chevreuils et sangliers uniquement. Les responsables de lignes ont donc été désignés ainsi que l’attribution des postes. Je pars donc avec Jeannot, Jean et José me poster et sur le trajet dans la voiture on se raconte nos beaux moments de chasse,nos souvenirs , il règne joie de vie et bonne humeur. Derrière avec Jean je vois le chapeau de Jeannot le mets sur ma tête et dit en rigolant « il vas me porter bonheur » !

Après 1 heure de voiture nous voila partis pour trente minutes de marche sur le chemin, de nombreuses traces de sangliers étaient présentes. On laisse Jeannot au poste du frigo et Jean au couillet à la limite dune barre rocheuse, José me laisse de l’autre coté au poste de Henri et lui chef de ligne ira donc au dernier.

La vue de mon poste était juste magnifique une forêt de hêtre avec une possibilité de tir sur 150 mètres à gauche et à droite. En attendant que les piqueurs lâches les chiens je prépare le terrain pour faire le moins de bruit possible en nettoyant le sol des feuilles, repère les différents « curiol » me procure d’un chasuble orange et charge ma carabine. Après 20 minute de chasse un brocard me rend visite à une soixantaine de mètres, je décide donc de le tirer ma première balle passe juste en dessous de lui c’est alors qu’il repart à l’opposer je réajuste mon tir et le prélève d’une balle au défaut de l’épaule.



Le temps de me remettre de mes émotions 20 minutes s’écoulent. Lorsque j’entends craquer derrière moi je me retourne et aperçois 3 sanglier à une centaine de mètre me descendre en face. Je recherche donc un endroit propre entre les arbres afin de pouvoir les tirer dans les meilleure conditions possible. Je tirs le premier estimer à 60 kilos et fait pile, le deuxième de 45 kilos tombe à ma seconde balle ayant vu trois sanglier je perds de vu le troisième l’aperçois à une centaine de mètre . Il est arrêté entre deux arbres, je décide donc de le tirer et ma carabine feras mouche 3 fois.

Un énorme cri surgit de ma bouche « mataporcccc » une joie immense de pouvoir prélever 3 sanglier de 60,45 et 80 kilos et un brocard …mon premier triplé.

Je l’annonce donc à la radio il est que 9h du matin je décide de décharger et attendre la fin de la battue qui s’est finit a 12h, à la fin de celle ci Jean, Hervé Jeannot Sylvain José et Xavier viennent me féliciter et m’aider à sortir de la montagne c’est 4 animaux fantastiques, merci à eux des supers collègues de chasse passionnés et respectueux .

Un moment inoubliable et encore un énorme merci aux copains.

Je crois qu’il a réussi le coup parfait ce petit jeune ! Si vous aussi vous souhaitez nous envoyer vos récits de chasse c’est ICI que cela se passe !

Julien Barraquand

Je suis un chasseur passionné aimant la chasse depuis des années. Mes longues sorties avec des amoureux mon permis de comprendre les mœurs et coutumes des animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Un cerf qui pose problème

Depuis trois ans ce vieux cerf vient rendre visite aux habitants à l'orée de la forêt à Sainte Marie aux

Fermer