Accueil / Actualité Chasse / Tout Savoir Sur Les Jumelles !

Tout Savoir Sur Les Jumelles !

Vous voulez acheter une paire de jumelle mais vous ne savez par quoi choisir ?

Vous voulez changer votre paire existante ?

Vous voulez en savoir plus sur les jumelles ?

Toutes les réponses sont dans cet article !

1-Le Grossissement

7x50      Le grossissement est indiqué par le premier nombre qui caractérise une paire de jumelles. Ainsi, pour une paire 7×50 le grossissement est indiqué par le chiffre 7.

Reprenons l’exemple d’une paire 7×50, un sujet alors situé à 700 m parait se situer à 100 m. Il apparaît donc sept fois plus près que sans jumelles.

 

grossi

 

Remarques :

  • Les grossissements inférieurs à 5x sont peu adaptés pour une utilisation en extérieur.
  • Les grossissements supérieurs à 12x deviennent délicats à utiliser sans support.

2-Les Objectifs

Le diamètre de l’objectif est le second nombre qui caractérise une paire de jumelles donc pour notre paire 7×50, ce nombre sera 50.

C’est de lui que dépend la quantité de lumière qui pénètre dans la paire de jumelles.

A grossissement égal, plus il est grand, meilleure sont la qualité de l’image et la luminosité.

En contrepartie, le poids et l’encombrement augmentent et l’utilisation sans support devient parfois délicate.

De plus, pour un même diamètre d’objectif, un grossissement plus important diminuera la luminosité.

 

jumelle

 

3- Le Cercle Oculaire (Pupille de Sortie)

C’est le cercle qui se dessine sur la lentille arrière (oculaire) lorsque l’on regarde la jumelle avec un peu de recul. Son diamètre est le résultat de la division du diamètre de l’objectif par le grossissement.

Pour une paire de jumelles 7×50, le cercle oculaire est d’environ 7,1 mm (50/7 = 7,1 mm).

Le diamètre du cercle oculaire doit être supérieur à celui de la pupille de l’œil sous peine d’affecter le confort d’utilisation. En fonction de l’âge et de l’intensité de la lumière ambiante, le diamètre de la pupille varie de 2 à 7 mm chez l’être humain.

 

cercle oculaire

 

4- Indice de luminosité et crépusculaire

L’indice de luminosité est un bon indicateur de la quantité de lumière que la paire de jumelle pourra restituer lors d’une utilisation de jour. Il est obtenu en calculant le carré du diamètre du cercle oculaire.

Pour une paire de jumelles 7×50, l’indice de luminosité est de 50. (7,14² = 50).

L’indice crépusculaire, quant à lui, est plus indiqué pour mesurer la luminosité lors d’une utilisation de nuit ou lorsque la luminosité ambiante est faible. Il est obtenu en calculant la racine carrée du diamètre de l’objectif multiplié par le grossissement. C’est l’indicateur à privilégier pour choisir sa paire de jumelles d’astronomie ou de surveillance de nuit.

Par exemple : pour une paire de jumelles 7×50, l’indice crépusculaire est de 18,7 (√(7×50) = 18,7).

5- Largeur de champ couvert

Il définit la largeur de l’espace observé à 1000 mètres de distance. Plus ce champ est large et plus il devient facile de repérer et de suivre un sujet en mouvement.

Généralement, plus le grossissement est fort et plus le champ est restreint.

champ couvert

6- Qualité de la construction optique

La qualité et la stabilité de la construction optique d’une paire de jumelles sont bien sûr essentielles. L’un des défauts les plus fréquents résulte d’un mauvais positionnement des deux axes optiques : les images sont dédoublées parce que le parallélisme n’est pas parfait. Nous ne remarquons pas ce défaut car inconsciemment nos yeux font la correction afin que ces deux images n’en forment qu’une sur la rétine. Mais à la longue, nous regardons plus ou moins de travers, ce qui est désagréable et finit par entraîner des maux de tête. A l’état neuf, cet ajustage est absolument précis, mais si les jumelles ne sont pas assez robustes, un choc peut perturber l’agencement interne des éléments.

 

7- Étanchéité

De plus , Il faut également que les jumelles soient les plus étanches possible à l’humidité et à la poussière afin que les surfaces optiques ne soient pas souillées et qu’aucune condensation ne se forme par temps humide (pluie..). Si vous désirez utiliser des jumelles totalement étanches et non pas seulement imperméables, il vous faudra préférer les modèles à prismes en toit. Certains de ces modèles restent même étanches à l’immersion (plusieurs mètres). Toutefois, des modèles à prismes de Porro de bonne conception, bien graissés et bien finis résistent parfaitement à la pluie. Tout dépendra donc de l’usage que vous désirez faire de vos jumelles.

 

8- Jumelles compactes ou de poche ?

Les jumelles compactes ou de poche (8×22, 8×23, 8×25, 10×25…) sont intéressantes pour leur poids réduit et leur faible encombrement. Elles peuvent être de qualité, mais elles seront forcément moins lumineuses que des modèles classiques, ce qui est surtout visible par temps couvert, au crépuscule ou à l’aube. Mais vous pourrez toujours les avoir sur vous, même en ville.

Certains constructeurs proposent également des jumelles classiques (8×42, 10×42…) aux dimensions réduites (même si elles restent tout de même plus grandes que de « vraies » jumelles compactes) : elles combinent ainsi les avantages.

 

Le Poids

C’est un élément important, surtout si vous faîtes souvent de longues randonnées. Les femmes préféreront peut-être plutôt des modèles compacts. Le poids est précisé dans les spécifications techniques. Il vous faudra peut-être faire un essai, avec le modèle en main et pendant à votre cou. L’utilisation d’un harnais peut être très utile, surtout lors des longues randonnées.

9- Jumelles à prismes de Porro et en toit

Il existe deux types principaux de jumelles, nommés selon le système de prismes utilisé : de Porro (la technologie la plus ancienne) et en toit.

Pour les jumelles de Porro les moins chères, les objectifs sont montés dans des tubes vissés dans le corps des jumelles. Cette construction est moins solide que celles dont le corps est d’un seul tenant. Or un corps de jumelles de conception compacte est plus étanche à l’humidité.

La mise au point de la plupart des jumelles s’effectue au moyen d’une molette centrale qui fait se déplacer un pont sur lequel sont montés les oculaires. Ce pont doit donc être parfaitement ajusté afin d’assurer une mise au point précise.

Il existe également des modèles de jumelles sans molette centrale pour lesquelles la mise au point se fait par oculaire par oculaire : cette construction est pratiquement étanche et ces jumelles sont particulièrement recommandées pour les sports nautiques.

En tenant les jumelles à environ 25 cm des yeux, on voit un petit cercle de lumière : si dans celui-ci on aperçoit un carré plus clair, cela signifie que les prismes utilisés sont trop petits et que le diamètre entier de l’objectif ne peut être utilisé. Les produits bon marché présentent presque toujours ce défaut.

Jumelles à prismes en toit

Les jumelles à prismes en toit sont généralement (mais pas toujours) plus compactes et plus légères que celles à prismes de Porro. En réalité, ce n’est généralement pas le cas et seuls les produits les plus chers sont vraiment plus légers et plus compacts que les jumelles de Porro analogues.

Les jumelles en toit peuvent avoir deux types de mises au point :

  • Le moins cher est semblable à celui des jumelles de Porro;
  • Les modèles plus chers possèdent une mise au point interne, les objectifs ou les oculaires ne se déplaçant qu’à l’intérieur des jumelles. Cette construction donne une meilleure stabilité mécanique et une très bonne protection contre l’humidité. Ces jumelles sont donc pratiquement étanches.

Les jumelles en toit sont toujours plus chères que les jumelles de Porro analogues : cela est dû au fait que le système de prismes utilisé est beaucoup plus difficile à fabriquer.

 

trajet

 

10 – Bien régler ses jumelles

La plupart des jumelles possèdent un système de réglage sur l’objectif droit (système de correction dioptrique) permettant d’affiner la mise au point pour cet œil. Les conseils ci-dessous s’appliquent à ce type de pair de jumelles

1.Portez les jumelles à vos yeux et visez un sujet éloigné.

Réglez l’écartement entre les deux oculaires (distance interpupillaire) jusqu’à obtenir une seule image ovale devant les yeux

2.Effectuez la mise au point avec la molette centrale en gardant l’œil droit fermé et en visant avec l’œil gauche uniquement.

La mise au point est faite lorsque l’image vue par l’œil gauche est nette.

3.Ne touchez plus la molette de réglage centrale.

Fermez l’œil gauche, visez maintenant avec le droit et ajuster la netteté (correction dioptrique) pour cet œil en tournant la bague de réglage qui se trouve sur l’oculaire droit de la jumelle.

La mise au point complète est maintenant terminée.

11- Votre budget

C’est un point très important qui conditionnera souvent le reste (marque, grossissement, conception, traitement des verres…). La différence de prix est essentiellement liée à la qualité des verres et à « l’effet marque » (la réputation d’un constructeur a un prix). L’écart de prix n’est pas forcément proportionnel à la différence de performances.  Définissez un prix maximum que vous ne désirez pas dépasser.

Vous pouvez retrouver toute notre gamme de jumelle ici !

Vous savez maintenant tout l’essentiel ! Il ne vous reste plus qu’à en faire bon usage !




About Julien Barraquand

Sur Vidéos-de-chasse.fr nous allons vous faire partager l'actualité de la chasse, les coups de cœur, les astuces, les nouveautés et de grandes émotions. À travers Vidéos-de-chasse.fr vous pourrez retrouver les photos, les vidéos, l'actualité de la chasse en France. 100% Chasse !

Vérifiez aussi

Nouvelles directives pour la chasse à partir du 28 novembre.

Après les annonces du président de la République la FNC nous annonce que nous pouvons …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *