Accueil / Actualité Chasse / Un loup en Loir-et-Cher, une première.

Un loup en Loir-et-Cher, une première.

Le 28 juin, un loup a pu être aperçu et photographié pour la première fois dans le Loir-et-Cher. La préfecture a enfin authentifié le cliché, il s’agit donc de la quatrième observation du canidé dans la région Centre-val de Loire depuis un siècle.

Des observations de plus en plus nombreuses dans la région

Cela faisait un siècle qu’un loup n’avait pas été observé dans le Loir-et-Cher. Le 28 juin, sur la commune de la Chapelle-victomtesse, dans le nord du département, le canidé a été photographié et observé. Transmis à la préfecture le 8 septembre, le cliché a pu être authentifié par les experts de l’office français de la biodiversité ce mardi 15 septembre.

Jean-Noël Rieffel, directeur régional de l’OFB s’est réjouit « d’un événement assez rare » sur le site de France info. Comme pour chaque signalement , des agents de l’OFB se rendent sur place afin de vérifier les conditions de la prise de vue, recouper les éléments visuels et rencontrer le propriétaire du piège photo. Jean-Noël Rieffel explique que par la suite, des experts nationaux ont pris le relais et ont pu, sur la base du phénotype, déterminer qu’il s’agissait bien d’un loup.

Le fait qu’un directeur de l’OFB  » se réjouisse » de cet évènement est révélateur des dérives de cet organisme qui s’aligne parfaitement sur les positions des adeptes du ré-ensauvagement. Les éleveurs, bergers et chasseurs ne seront certainement pas du même avis que ce fonctionnaire de l’OFB.

Un individu isolé

Aujourd’hui, au niveau national, les chiffres officiels sont de 580 individus mais ils sont largement minorés par les autorités, tous les connaisseurs le disent. Éleveurs, bergers et chasseurs sont vent debout contre cette politique hypocrite qui consiste à dire que le loup et l’élevage peuvent cohabiter, que le loup est un bon signe pour la biodiversité. Partout où le loup est installé durablement, les troupeaux paient un lourd tribut et certaines espèces comme le mouflon disparaissent totalement de certains endroits.

Le loup recolonise petit à petit le territoire français. Jean-Noël Rieffel explique « il y a un phénomène de dispersion au printemps et à l’automne, avec des individus expulsés de la meute« . Il est important de signaler que ces individus isolés peuvent parcourir jusqu’à 50km par jour. Un individu a pu être observé a plus de 800km de son lieu d’origine. Le loup est un animal discret s’accommodant parfaitement de la présence humaine.

Chaque année l’OFB vérifie plusieurs signalements. Leur rôle est important dans le suivi et la gestion de l’espèce qui porte des actions sur le monde agricole ainsi que sur la biodiversité du territoire.

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

A quoi joue l’OFB ?

Comme si la chasse n’avait pas assez d’adversaires, voici que l’OFB, se lance dans des …