Accueil / Actualité Chasse / Politique / Grands prédateurs / Randonnée interdite dans un secteur des Pyrénées.

Randonnée interdite dans un secteur des Pyrénées.

Nous vous relations il y a peu qu’une commune des grisons en Suisse s’était vue contrainte d’interdire la randonnée à cause de la présence de loups agressifs. Et bien maintenant, c’est au tour des Pyrénées à cause des ours.

Quatre ours s’en sont pris la nuit dernière à un troupeau en estive, au col d’Escots. Trois agents effaroucheurs de l’OFB étaient sur place, ils ont essayé de faire fuir les quatre ours mais ce fut sans succès à tel point que la bergère s’est retrouvée en danger, affirme le maire d’Ustou. La préfecture de l’Ariège a demandé à l’office français de la biodiversité le déclenchement de la procédure « ours à problème ». Des renforts (bergers d’appui), agents de l’OFB, vont être déployés dès ce jeudi soir sur l’estive d’Ustou

Compte tenu de la dangerosité des ces ours qui semblent ne pas craindre l’homme, le maire d’Ustou a pris une décision radicale : un arrêté municipal pour interdire la randonnée dans les secteurs de la Hillette et du col de Couillac, qui surplombent le cirque de Cagateille très fréquenté par les randonneurs en cette saison.

Il faut se rappeler qu’il y a deux semaines, deux randonneurs ont été attaqués et grièvement blessés par un ours dans les Dolomites, en Italie.

Des agents « effaroucheurs » de l’OFB, des renforts, des mesures de protection passives, des indemnisations, des importations d’ours de Slovénie… Combien cela coûte-t-il ? Rajoutons à cela la situation des éleveurs et des bergers, le stress, la peur, la fatigue, l’incompréhension, le découragement, la colère face aux cadavres des brebis. Combien de temps encore allons-nous supporter les mensonges des tenants du ré-ensauvagement harmonieux ?

Voici le communiqué de la préfecture de l’Ariège :

 » À ce jour, quatre groupements pastoraux ont été autorisés à mettre en oeuvre cet effarouchement renforcé. Il s’agit des groupements pastoraux du Trapech (commune de Bordes-Uchentein), d’Ustou Col d’Escots (commune d’Ustou), d’Arréau (commune de Seix) et de Coumebière (commune d’Aulus-les-Bains). Les agents de la brigade grands prédateurs de l’Office français de la biodiversité (O.F.B.) ont été mobilisés pour mener des opérations d’effarouchement sur les estives du Trapech et d’Ustou Col d’Escots du 6 juillet au 10 juillet 2020 et sur les estives d’Arréau et d’Ustou Col d’Escots du 13 au 16 juillet 2020. Ces premières opérations ont conduit à effaroucher des ours bruns sur les trois estives concernées : l’utilisation de cartouches double détonation a permis d’éloigner les ours qui s’approchaient du troupeau.

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2020 , sur l’estive d’Ustou Col d’Escots, les agents de la brigade grands prédateurs ont été amenés à effaroucher plusieurs ours différents à plusieurs reprises. Malgré les opérations d’effarouchement renforcé, les ours n’ont pas été mis en fuite et les agents de l’O.F.B. ont pu identifier la présence de quatre ursidés : une ourse accompagnée de deux oursons et un ours mâle subadulte.

Cette situation inédite dans le département est prise très au sérieux par la représentante de l’État qui a demandé dès aujourd’hui le déclenchement du protocole « ours à problème » à l’Office français de la biodiversité. Afin de venir en appui à la bergère et aux éleveurs et d’assurer une présence nocturne, des bergers d’appui de la Pastorale Pyrénéenne (association au service des professionnels du pastoralisme sur le massif pyrénéen) mèneront de nouvelles surveillances de nuit de vendredi à lundi, et dès cette nuit des moyens complémentaires de l’Office français de la biodiversité seront mobilisés en urgence pour poursuivre les opérations d’effarouchement renforcé. »

About Denis Plat

Vérifiez aussi

Des bobos dérangés par un couple d’agriculteurs…

Fabien Le Coidic et sa compagne Agathe Guérin sont agriculteurs. Ils ont choisi les Yvelines …