Accueil / Actualité Chasse / Les extrémistes veulent perturber une battue aux renards.

Les extrémistes veulent perturber une battue aux renards.

Une battue aux renards est prévue aujourd’hui dans un village du Lot et Garonne et les extrémistes d’ASPAS, alertés par Françoise Roulliès, la déléguée locale de ce groupuscule, ont décidé le la perturber et d’essayer de l’empêcher. Ils ont mobilisé les réseaux sociaux pour rassembler des volontaires et leur ont demandé de s’armer de tous les ustensiles pouvant faire du bruit.

Il y a quelques leçons à tirer de ce genre d’évènements.

  1. Les groupuscules animalistes ont fait du renard leur emblème car l’animal est mignon et pour les citadins cela suffit. Les arguments utilisés pour s’opposer à la régulation du renard sont maintenant connus : il n’est pas un nuisible, il ne s’attaque pas aux volailles d’élevage, il ne transmet pas de maladie et ses effectifs s’autorégulent naturellement… Ils citent l’exemple du Luxembourg pour prouver leurs élucubrations ! Mais le Luxembourg, c’est 2500 km2, 600 000 habitants, presque pas d’agriculture, peu d’élevages. Peut-on considérer que cette comparaison est probante ? Les arguments scientifiques à propos des maladies véhiculées par le renard sont balayées d’un revers de main sans apporter aucun preuve contraire. Leur idéologie est tellement peu argumentée que ce sont eux qui propagent les maladies comme vient de le démontrer l’affaire (relatée ici dans un article précédent) de l’animaliste suisse qui a conduit à l’euthanasie de l’ensemble des animaux d’un élevage dans le canton de Neuchatel.
  2. Comment réagir ? La capacité de mobilisation des animalistes est forte. Ils sont organisés, adeptes des réseaux sociaux et font beaucoup de bruit avec peu de militants. Pourquoi les chasseurs, forts de plus d’un million de pratiquants ne se mobilisent-ils pas aussi ? Il y a urgence à comprendre que nous devons leur faire barrage. En opposant des arguments à leur propagande et en montrant notre détermination. Il est temps que les fédérations départementales, régionales et nationale se lancent dans cette direction. A la propagande des groupuscules extrémistes doit répondre notre contre propagande et notre fermeté. Organiser des réseaux de communication capables d’informer, de rassembler et de mobiliser. Il faut que la FNC mette sur pied un comité scientifique qui aurait pour tache de décortiquer l’argumentation de ces zozos et d’y apporter des réponses solides. Pourquoi ne pas fournir à tous les chasseurs lorsqu’ils valident leur permis et à ceux qui viennent de le passer un dossier argumentaire permettant de répondre aux âneries de nos ennemis ? Que pense la FNC de cette idée ?
  3. Enfin, il est illusoire de penser qu’ils se limiteront à perturber la chasse « des autres ». AVA s’en prend à la vénerie, ASPAS à une battue aux renards, la fondations BB au reste. C’est la chasse dans sa totalité qu’ils veulent interdire ! C’est pour cela qu’il faut montrer une plus grande solidarité entre nous et ne plus rien tolérer de la part de ces dangereux zozos !

https://www.sudouest.fr/2020/05/23/lot-et-garonne-les-defenseurs-des-animaux-veulent-perturber-une-battue-7506951-3719.php

About Denis Plat

Vérifiez aussi

Un loup en Loir-et-Cher, une première.

Le 28 juin, un loup a pu être aperçu et photographié pour la première fois …