Accueil / Actualité Chasse / Les dégâts causé par la faune.
Beaucoup d'espèces contribuent aux dégâts agricoles

Les dégâts causé par la faune.

Semis, re-semis, nous sommes dans une période où l’activité agricole bat son plein. Face à elle, se dressent les aléas de la nature. Sangliers, chevreuils, cerfs, corbeaux freux, corneilles noires et pigeons ramiers continuent leur vie et profitent de cette période pour se nourrir facilement aux dépends des agriculteurs.

Le sanglier

Nous savons que le sanglier est un animal qui cause énormément de dégâts chez les agriculteurs et notamment dans les cultures de maïs. Chaque année pas moins de 700 000 animaux sont prélevés à la chasse partout sur le territoire national et néanmoins l’indemnisation des dégâts représente une enveloppe de 80 millions d’euros par an, payée intégralement par les chasseurs.

Les corvidés

Le sanglier n’est pas le seul à profiter des cultures. Le corbeau freux ainsi que la corneille noire sont des espèces commettant des dégâts très importants sur les cultures au moment des semis.

Il faut souligner que la période des semis de maïs correspondent souvent à la période d’intense activité chez l’espèce car c’est le moment des naissances et du nourrissage des petits. Généralement, les parcelles à proximités des corbeautières sont les plus touchées. Comment reconnaître ces dégâts ? Généralement, corneilles et corbeaux suivent les rangs et détruisent un grand nombre de graines ou plantules successives. Les dégâts peuvent être importants et conduire à un re-semis.

Le pigeon ramier

Un oiseau charmant, qu’on croise régulièrement dans nos parcs, le pigeon ramier est dans certains territoires de France un véritable prédateur agricole.

Oiseau migrateur, il a su s’adapter et se sédentariser. Lorsqu’un vol de pigeons se pose dans un champ de pois, celui-ci peut voir sa production complètement détruite. Une enquête nationale réalisée en 2009 par Arvalis et différents partenaires pour évaluer les dégâts causés par les oiseaux sur les cultures a permis de recueillir des informations précises. À côté des corvidés, les plus fréquemment cités en tant que prédateurs, les pigeons ramiers viennent en seconde position. Les régions Centre, Poitou-Charentes et Pays de la Loire sont particulièrement touchées par ce problème. Toujours d’après l’étude, les dégâts moyens estimés avoisinent 15 à 20 % du rendement.

L’arrivé de l’oie

L’oie cendrée est une espèce en pleine expansion, d’ici quelques années, nous connaitrons son impact sur les cultures. Si nous observons ce qui se passe dans certains pays européens avec cet oiseau, nous pouvons déjà présager le pire. Les Pays-Bas les gazent par milliers alors que les demandes d’extension de dates de chasse ont toujours été refusées aux chasseurs français par les instances européennes.

Le sanglier a mauvaise presse mais comme vous le voyez, il n’est pas le seul à gêner nos agriculteurs. En France, la bonne gestion environnementale offre à la faune tout ce dont elle a besoin pour se développer. Cependant, une fois que les populations deviennent trop importantes, celles-ci impactent malheureusement, nos exploitations. D’où l’importance d’une bonne régulation que seuls les chasseurs peuvent effectuer si on leur en donne la possibilité. Il serait temps de comprendre qu’écologie, agriculture et chasse sont dans le même bateau.

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Rewild de Pont-Scorff, le cauchemar des animaux. Les zozos du zoo.

Le projet phare de la cause animale se transforme aujourd’hui en hécatombe pour les animaux. …