Accueil / Actualité Chasse / Les chasseurs protègent le tétras.

Les chasseurs protègent le tétras.

Le 25 janvier 2021, par Denis Plat

Encore une excellente initiative de la fédération départementale de chasse de Haute Savoie. 

Les igloos des tétras-lyres protégés par les chasseurs.

Pour éviter que les skieurs hors-piste ne les perturbent sans le vouloir, les chasseurs ont installé les dispositifs de protection des igloos des tétras-lyres. En Haute-Savoie, la fédération de chasse gère 18 réalisations protégeant 130 hectares de zone d’hivernage de la faune sauvage. C’est un budget de 150 000 euros qui est ainsi dédié à la protection de cet oiseau emblématique de nos montagnes.

Durant l’hiver, le tétras-lyre doit survivre au froid et au peu d’alimentation disponible. Il doit donc économiser son énergie. Pour s’économiser, le Tétras-lyre s’enfouit sous la neige dans des igloos où la température avoisine les 4°C quelle que soit la température extérieure. Cela lui permet aussi de se protéger des prédateurs. Il y reste la journée, voire plusieurs jours, et ne sort que pour se nourrir en début de matinée et en fin d’après-midi.

L’essor du ski hors-piste et de la promenade en raquettes mettent l’espèce en danger.

Or, depuis quelques années, le ski hors-piste et la promenade en raquettes connaissent un essor important. Ces activités causent un dérangement sérieux et peuvent avoir un impact notable sur la survie de l’espèce. En effet, le dérangement causé par les skieurs hors piste et les promeneurs en raquettes conduit les tétras à choisir des zones moins favorables, ce qui le met donc en danger. Dérangé par les promeneurs et skieurs, il va quitter son refuge et en creuser un autre et ainsi de suite. Cette dépense d’énergie pour un pour un oiseau qui recherche le calme dans son igloo peut lui être fatale.  Skieurs et tétras recherchent tous des pentes avec de la neige poudreuse. Elle est facile à creuser pour le tétras et agréable à skier pour l’amateur de « fraiche ». Le passage répété des skieurs va de plus damer la neige qui ne pourra plus être creusée par le tétras. Il y a donc compétition pour ces endroits et, bien évidemment, ce n’est pas le tétras qui gagne.

Encore une fois, ce sont les « méchants chasseurs » qui se préoccupent de la survie d’une espèce.

Voici un exemple de plus de l’investissement des chasseurs pour la protection d’une espèce. Il y a fort à parier que, parmi ces skieurs hors-piste et promeneurs en raquettes, se trouvent quelques anti-chasse qui considèrent que nous sommes « un problème mortel ». Ils ignorent, bien entendu, tout du tétras, ne savent pas qu’en s’adonnant à leur plaisir, ils le mettent en danger mais ne peuvent s’empêcher d’avoir un avis, de condamner et de nous détester… Je me rappelle d’ailleurs avoir reçu un charmant message de la part d’un de ces amoureux de la montagne qui voulait me mettre son Charlet Moser (marque de piolet) dans la tête… Ils sont mignons !

 

 

 

About Denis Plat

Vérifiez aussi

400kg de viande de sanglier pour les plus démunis.

Dans le cadre de l’opération « Les chasseurs ont du cœur », la fédération des chasseurs d’Indre-et-Loire …