Accueil / Actualité Chasse / Les agriculteurs heureux de la dérogation accordée aux chasseurs

Les agriculteurs heureux de la dérogation accordée aux chasseurs

Les dégâts agricoles ainsi que l’espèce sanglier sont au cœur du débat actuellement. Par la voix de la FDSEA 05 (Hautes-Alpes), les agriculteurs sont reconnaissants de la dérogation concernant la destruction des ESOD, accordée aux chasseurs durant le confinement. Rappelons que l’indemnisation des dégâts représente une enveloppe de 80 millions d’euros par an, payée exclusivement et intégralement par les seuls chasseurs.

Une dérogation qui fait du bien au monde agricole

Chaque année le grand gibier et autres espèces causent de lourds dommages aux cultures et c’est surtout au mois de novembre que ces espèces (ESOD), souvent présentes en très grand nombre comme les sangliers, peuvent être régulées. Cette année est particulière, le premier confinement a engendré des dégâts considérables. Le second confinement est aussi un facteur de risque de dégâts et ça, les agriculteurs le savent aussi bien que les chasseurs. Face à cet enjeu majeur, des arrêtés ont été pris au niveau de plusieurs départements afin de pratiquer une activité cynégétique de « régulation ».

Face à cette décision les agriculteurs sont aujourd’hui satisfaits de la dérogation accordée aux chasseurs afin qu’ils puissent réguler les populations de grands gibiers qui ravagent leurs récoltes. Par la voix de la FDSEA 05, les agriculteurs tenaient donc à faire part de leur reconnaissance en rappelant le rôle des chasseurs et d’équilibre à trouver en la faune et l’agriculture.

Le communiqué de la FDSEA 05 : 

« Les agriculteurs subissent de plein fouet les attaques de grand gibier et autres espèces causant des dommages aux cultures et aux prairies. Les dégâts ne cessent de croître, 2019 atteignant des niveaux record qui ne sont plus supportables. Dans ce contexte, nous tenons à remercier la préfecture qui a rapidement pris un arrêté permettant de poursuivre les battues. Bien évidemment, les modalités du maintien de la chasse sur notre département restent compatibles avec les efforts demandés à chacun d’entre nous, pour enrayer la propagation du coronavirus. Rappelons que le mois de novembre est un moins capital pour la régulation des espèces. C’est en novembre que s’effectue majoritairement, les prélèvements de sanglier sur le département des Hautes-Alpes. Nous tenons également à remercier les chasseurs qui agissent à nos côtés pour éviter une surpopulation de sangliers et inévitablement, des dégâts aux cultures de printemps. En ce début de saison cynégétique, il est indispensable de maintenir une pression garantissant la régulation et favorisant une baisse des espèces occasionnant le plus de dégâts. Dans un contexte de crise sanitaire, aujourd’hui plus que jamais, les agriculteurs répondent à un besoin essentiel d’approvisionnement en denrées alimentaires. Face à cette situation exceptionnelle, il est de notre responsabilité collective d’assurer la préservation de la production agricole et de garantir tous les moyens de protection des dommages. »

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Une tonne incendiée près de Blanquefort !

Cela se passe près de Blanquefort dans le Sud-Ouest. Un chasseur à la tonne a …