Accueil / Actualité Chasse / L’ACCA de Monistrol-sur-Loire victime de vandalisme
Photo d'un mirador renversé du Progrès

L’ACCA de Monistrol-sur-Loire victime de vandalisme

La semaine dernière, c’étaient les chasseurs de Chomelix qui subissaient du vandalisme, aujourd’hui, nous apprenons que les chasseurs de Monistrol-sur-Loire ont découvert qu’ils avaient subi des actes de sabotage sur leurs miradors.

Mirador détruit

Le président de l’ACCA, Alain Delolme, a exprimé sa colère dans le Progrès face a cette triste découverte. Depuis quelques semaines, dix miradors, de deux mètres de haut, ont été volontairement endommagés, sur les quinze posés.

Dans la plupart des cas, les miradors sont renversés, cassés. Mais ici, c’est allé plus loin. Certains des miradors ont été traînés sur des centaines de mètres. « Ce sont des structures qui font une centaine de kilos, il faut pouvoir les déplacer », s’est étonné dans le Progrès Alain Delolme. Ces actes de vandalisme sont commis par des anti-chasses puisque des inscriptions « assassins » on été retrouvées. Comme le dit le président de l’ACCA « En tout cas, ils n’ont pas compris à quoi servaient les miradors… »

L’association a décidé de ne pas porter plainte suite à ces actes bien que les préjudices soient importants. En effet, financièrement et moralement, c’est quelque chose de lourd à encaisser pour le président « On installe bénévolement ces miradors, et ça coûte 200 euros pièce. Nous avons d’autres structures en stock, mais les collègues me disent : ‘‘Pourquoi les installer si c’est pour se faire vandaliser ? »

Nous demandons au président de cette association pourquoi il refuse de porter plainte. Ce n’est pas parce que nous baisserons la tête que ces crétins se calmeront, bien au contraire ! Nous lui conseillons vivement de déposer plainte et d’aller sur le site de la FNC pour y signaler ce sabotage. Les khmers verts doivent subir les conséquences judiciaires de leurs actes !

Les miradors sont des outils de sécurité

La sécurité est aujourd’hui le cœur de formation dans les structures cynégétiques. Sensibiliser, partager, être attentif et partager la nature, voici ce qu’on peut entendre sans cesse lors de formations que les chasseurs peuvent suivre.

 

Signalétique à retrouver sur les miradors de la région AURA

Les miradors, ces structures souvent visées par les anti-chasse, sont installés pour la sécurité des chasseurs certes, mais aussi pour celle des autres usagers de la nature durant la période de chasse. Avec la hauteur, l’angle du tir est changé, le rendant plus sécurisant sur les zones plates, en évitant le phénomène de ricochet et en permettant un tir fichant. Détruire ces outils, c’est mettre en danger les chasseurs, mais aussi tous les autres utilisateurs de la nature. Si nous avions l’esprit mal placé nous pourrions penser qu’en détruisant ces miradors, ces ados attardés ne cherchent qu’une chose, qu’un accident de chasse soit commis du fait de leur destruction ; ils pourraient alors crier haut et fort que la chasse est dangereuse. Mais nous n’irons pas aussi loin. Quoique…

Le Progrès relève les propos de Patrick Morel, vice-président de la FDC, « Les actes de Monistrol touchent à la sécurité des chasseurs et des promeneurs. Ces dernières années, nous avons mis l’accent sur la sécurité de la chasse. Sur les réseaux sociaux, on voit beaucoup de pétitions anti-chasse. Les actes de vandalisme risquent de s’amplifier malheureusement avec ce phénomène. »

Ces actes de vandalisme, le Monde n’en fait pas mention. Pourtant, ils sont récurrents et visent une activité parfaitement légale. Par contre ce média qui n’est même plus l’ombre de ce qu’il a été nous a livré hier un article larmoyant dans lequel les activistes écologistes ou animalistes se plaignaient des pressions subies, avec en première ligne le témoignage « déchirant » du fameux « naturaliste » et amateur de cagnotte découvrant un renard sur son automobile. Il revendique la liberté de parole mais il veut faire taire les chasseurs. Encore une fois, sa vision de la démocratie est à géométrie variable et sa tolérance à revoir.  Derrière ces témoignages, on parle d’actes d’intimidation, mais pourquoi ne pas parler de ce que subissent chaque semaine les associations de chasse locales ? Il serait temps de lever le voile et de révéler les actes commis par ces fractions de zozos cherchant à assouvir leur haine de l’autre et des libertés.

« Je tiens a rappeler que la chasse est un acte légal définit par le Code de l’environnement », réagit Gilles Fombelle, directeur de la Fédération départementale des chasseurs de la Haute-Loire.

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Couvre-feu à 18h, les chasseurs demandent une dérogation

Ce n’est pas passé inaperçu, du fait de la situation sanitaire que nous vivons, depuis …