Accueil / Actualité Chasse / La fauconnerie, une chasse ancestrale

La fauconnerie, une chasse ancestrale

Appelée « Chasse au vol », la fauconnerie est un mode chasse considéré comme un art et est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce mode de chasse est l’un des seuls, depuis l’Antiquité, n’ayant jamais cessé d’être pratiqué, sa technique restant pratiquement la même jusqu’à aujourd’hui.

Une histoire dans l’histoire

La fauconnerie est une pratique très ancienne, à l’origine (soit plus de 4000 ans) les Mongols, Kazakhs et Kirghizes, chasseurs nomades (d’Orient; Extrême-Orient et des plateaux d’Asie Centrale), furent très probablement les premiers à dresser des oiseaux de proies, très nombreux dans ces régions.

C’est vers le VIIe siècle que la fauconnerie est introduite dans les régions d’Europe (dû aux grandes invasions et aux marchands partant dans ces contrées lointaines) et qu’elle atteint l’Angleterre au IXe siècle. C’est à partir du Moyen Age, en France, que le faucon est apprivoisé à des fins cynégétiques et que la pratique se développe vraiment au niveau européen. C’est alors qu’au XIIIe siècle apparaissent les premiers traités de fauconnerie. Le premier, et le plus célèbre, est le De arte venandi cum avibus, écrit entre 1244 et 1250 par Frédéric II de Hohenstaufen (empereur du Saint-Empire germanique), qui détaille entre autre la capture et le dressage des oiseaux de proie, le second est le De Falconibus du religieux Albert le Grand (1200-1280).

La chasse au vol, connait son apogée sous le règne de Louis XIII. A ce moment précis de l’histoire, la fauconnerie française est la première dans le monde. Cependant, ce mode de chasse reste un privilège réservé à la noblesse. Peu à peu, avec le développement des armes à feu, la fauconnerie sera mise de côté. Les évènements historiques comme la révolution vont entrainer une convention, faisant figurer le rapace sur la liste des animaux dits « nuisibles ». Cependant, quelques maître fauconniers perpétuent cet art que les aristocrates et anciens émigrés vont transmettre.

Après la Seconde Guerre mondiale la fauconnerie connait un renouveau. C’est dû notamment, à la fondation de l’Association Nationale des Fauconniers et Autoursiers Français, qui obtient la légalisation de la chasse au vol en 1954 et vulgarise ainsi, les techniques de ce mode de chasse.

Chasse diverse, naturelle et culturelle

Dans ce mode de chasse il y a deux pratiques, celle du haut-vol pour le faucon et le bas-vol pour les autres oiseaux. Le président d’équipage de chasse au vol Provence Méditerranée François Curial explique « Le rapace part du poing pour le haut-vol et il vole au-dessus du fauconnier et du chien. Il tombe du ciel sur sa proie. L’oiseau est porté sur le poing pour le bas-vol. Le chien quête et l’oiseau part derrière le gibier.Le fauconnier ne cherche pas à avoir de tableau de chasse, il recherche avant tout le beau vol. Il attrape le gibier ou il le rate, ce n’est pas pour nous l’essentiel. »

La fauconnerie dispose de deux associations nationales dont la Fédération Française de Fauconnerie créée en 2019. Cet art, passionnant, crée des images inoubliables et offre à ses pratiquants des émotions uniques comme l’a souvent rappelé notre actuel garde des sceaux.

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Le brame du cerf dans la forêt de Chambaran

Tout amoureux de la nature le sait, de septembre à octobre les forêts frémissent, les …