Accueil / Actualité Chasse / Gironde, terre de chasse.

Gironde, terre de chasse.

La fédération de chasse de Gironde vient de diffuser un document très intéressant : « le tableau de bord 2019 ». Nous en profitons pour jeter un coup de projecteur sur la Gironde et la chasse en Gironde.

Quelques chiffres d’abord, la Gironde c’est :

  • 40 000 chasseurs
  • Superficie totale du département : 1 000 000 ha
  • Superficie chassable : 650 000 ha
  • Superficie en réserve : 62 000 ha
  • Prélèvements : 12 000 chevreuils – 2 000 cerfs – 12 000 sangliers

Ce département est composé de biotopes extrêmement variés qui recèlent des gibiers très différents ce qui permet des modes de chasse divers allant de la vénerie, à la chasse à la palombe et passant par celle du gibier d’eau et bien d’autres. C’est une terre aux traditions fermement ancrées et aux identités affirmées que tout chasseur doit découvrir un jour.

De plus la fédération départementale est dynamique et s’est lancée dans un politique de communication moderne qui a le mérite de faire parler d’elle. La polémique créée par la campagne « le permis à 0 euros » est encore dans toutes les mémoires !

Alors qu’est-ce que ce « tableau de bord » ?

C’est un document qui fait un point assez exhaustif, non seulement de la chasse et des gibiers du département mais aussi de la bio diversité de ce beau territoire et des gens qui s’en occupent. On y trouve les informations classiques à propos de l’organisation de la fédération, de la manière de passer le permis, de le valider mais aussi et c’est probablement le plus intéressant sur :

  • les milieux et biotopes du département avec des focus sur les milieux viticoles, les zones humides et le milieu péri-urbain. Ce dernier prenant, hélas, de plus en plus d’importance et ayant de plus en plus d’impact sur la chasse. Il était judicieux de s’y intéresser et d’en mesurer les conséquences.
  • le suivi des espèces : grand gibier, gibier migrateur, petit gibier et suivi épidémiologique. C’est une mine d’informations pratiques : comment traiter les déchets de venaison ? Indemnisation des dégâts. Synthèse des études des différents réseaux (turdidés, bécasses…), le baguage et les balises…

Son président, Henri Sabarot, interviewé dans Sud-Ouest le 20 juin disait « Si l’opinion vacille parfois sur notre image, les éléments objectifs et scientifiques apportés par cet opus sont de nature à résoudre une équation simple. Sans l’apport de la chasse dans les domaines économiques et sociaux de nos territoires, sans la présence permanente et bénévole de ses pratiquants, les pivots d’entretien des territoires, de gestion des habitats naturels et de la faune, la vie rurale serait orpheline »

 

About Denis Plat

Vérifiez aussi

Un fléau de plus, soyez vigilant !

C’est un facteur à prendre en compte lors de nos sorties natures. La chenille processionnaire …