Accueil / Actualité Chasse / Fauche et faune sauvage, chasseurs et agriculteurs travaillent ensemble.
Pour bons nombres d’espèces, les prairies, constituent un habitat riche

Fauche et faune sauvage, chasseurs et agriculteurs travaillent ensemble.

Pour bon nombres d’espèces, les prairies constituent un habitat riche, grâce à une nourriture abondante et à son rôle de protection spécialement en période de reproduction. C’est notamment le cas pour le chevreuil et le lièvre, ainsi que pour certains oiseaux nicheurs au sol : perdrix, faisan, alouette des champs, caille des blés, râle des genêts…

La fauche des fourrages cause des dégâts sur la faune sauvage par destruction des nids, mortalité des couveuses et autres animaux dissimulés au sol.

Nous sommes au printemps, l’opération de fauchage coïncide classiquement avec les phases de nidification, d’envol des jeunes oiseaux, de mise-bas des mammifères et d’élevage de leurs jeunes. Ces dernières années, des machines de récolte des fourrages ont évolué vers une plus grande largeur de coupe et une puissance accrue, permettant ainsi, des vitesses de travail élevées. L’ensemble de ces facteurs entraîne sur la faune de nombreux dégâts.
Depuis plusieurs années, chasseurs et agriculteurs travaillent ensemble afin de trouver des solutions pour préserver la faune durant cette période.

Une barre d’effarouchement sur le tracteur de fauche

Fabrication maison ou non, certains optent pour une barre d’effarouchement à l’avant des tracteurs pour faire fuir le gibier. Ce système a pour but de garantir une fuite plus efficace de la faune. Système à chaînes ou à dents pendantes jusqu’au sol, suspendues sur une barre ayant la même taille que la faucheuse et déportée de son côté. Les chaînes doivent faire fuir la faune par contact avant que celle-ci ne soit happée par la faucheuse.

Rouler moins vite, sens de la fauche

Comme stipulé plus haut, le matériel agricole d’aujourd’hui permet d’aller plus vite malheureusement pour la faune. Malgré la barre d’effarouchement, celle-ci ne peut pas toujours fuir ;  faucher à 10 km/h ne lui offre aucune chance de s’échapper.
Pour certaines personnes, c’est la façon de tourner dans la parcelle qui compte. Comme l’illustre le schéma ci-dessous, il faut rentrer dans la parcelle au centre et faucher de l’intérieur vers l’extérieur pour ne pas piéger la faune au centre et lui permette ainsi de s’échapper.

Schémas pédagogiques réalisés par la FDC 57 à l’occasion des fauches

Bien d’autres techniques

Avant la fauche, certains préconisent l’utilisation d’un chien d’arrêt afin d’identifier la présence de gibiers et de nids. Pour d’autres, le retardement de la récolte peut être aussi envisagé afin d’être sûr que les animaux puisse échapper à la faucheuse.

Enfin, dans le département de l’Ain, l’utilisation d’un drone avec une vision thermique à permis l’année passée, de sauver plusieurs faon avant que l’agriculteur se mette à faucher sa parcelle. Une technique avant-gardiste qui a su prouver son efficacité.

 

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Un fléau de plus, soyez vigilant !

C’est un facteur à prendre en compte lors de nos sorties natures. La chenille processionnaire …