Accueil / Actualité Chasse / En Meurthe-et-Moselle les chasseurs ne payeront plus les dégâts

En Meurthe-et-Moselle les chasseurs ne payeront plus les dégâts

Barbara Pompili, la ministre à la Transition Écologique a décidé par le biais d’un arrêté d’interdire l’agrainage durant toute la période de confinement. Cette décision a mis le feu au poudre entre chasseurs et agriculteurs. En plus du rôle peu valorisant de « régulateur » madame la ministre joue avec le feu concernant les dégâts et la gestion des populations de grand gibier. En riposte, le fédération des chasseurs de Meurthe et Moselle annonce vouloir ne plus financer les dégâts durant cette période.

Stop « au chasse bashing »

La tension est palpable depuis plusieurs mois. Interdiction de la chasse à la glu, RIP contre les chasses traditionnelles, réduction du chasseur au simple rôle de « régulateur ». Les chasseurs montent au créneau et entendent dire stop à ce « bashing » incessant.

Ainsi, sur sa page Facebook, la FDC 54 a publié une réponse à Barbara Pompili, suite a la circulaire de celle-ci, demande l’arrêt de l’agrainage pendant le confinement. Cette pratique, destinée à cantonner en forêt une population de sanglier afin de limiter les dégâts agricoles divise le monde rural depuis des années. Elle divise car elle n’est pas expliquée de la bonne manière et est décrite comme une simple place de nourrissage favorisant ainsi les populations des suidés pour soi-disant le plaisir « sanguinaire » du chasseur. Cette méthode porte ses fruits et permet aujourd’hui dans certains secteurs de la France de tenir les sangliers loin des cultures et ainsi permettre l’allégement de la facture finale qui est rappelons le de 80 millions d’euros environ.

Malgré tout les risques encourus (dans le relationnel rural) et au risque de raviver la polémique, la fédération des chasseurs du 54 a annoncé qu’elle « suspendra la réception, le traitement administratif et l’envoi d’estimateurs dégâts du gibier jusqu’à la fin du confinement ». Cette mesure s’ajoute à la décision de la fédération des chasseurs du Gers refusant toute pratique de régulation ou de chasse sur le département jusqu’à la fin du confinement. Les fédérations commencent à exprimer leur ras-le-bol face aux décisions d’une ministre qui n’a toujours pas compris son rôle de ministre et qui est toujours une militante verte.

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Une palombière tenue par des femmes de trois générations !

Nous sommes à Captieux en Gironde, terre de traditions. La palombière est une de celles-ci …