Accueil / Actualité Chasse / Braconnage dans l’Aude

Braconnage dans l’Aude

Le confinement n’a pas empêché les actes de braconnage, bien au contraire. Nous pensions la faune paisible, cependant, celle-ci a subi la pression de certains énergumènes profitants de la limitation des interventions pour remplir leur congélateur.

Dans l’Aude, c’est un cerf braconné qui a indigné comme le rapporte l’Indépendant. Ainsi, le maire a signalé ce fait à la gendarmerie et à l’association des chasseurs.

Ce cerf, tué par balle a été retrouvé entre la route D17 et le col de la Malaïrède. C’était un bel animal, en cette période les bois sont en repousse. Ce cerf a été tiré depuis la route, blessé à mort. Il s’est traîné jusqu’à la forêt, avant de succomber à sa blessure. Pour Christian Aragou, maire du Bousquet, c’est « un acte grave et révoltant ».

Pour rappel :

  • Article L428-1

Est puni de trois mois d’emprisonnement et d’une amende de 3 750 euros le fait de chasser sur le terrain d’autrui sans son consentement, si ce terrain est attenant à une maison habitée ou servant à l’habitation, et s’il est entouré d’une clôture continue faisant obstacle à toute communication avec les héritages voisins.

Si le délit est commis pendant la nuit, la peine d’emprisonnement encourue est de deux ans.

  • Article L428-4

I. – Est puni d’une peine de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 Euros d’amende le fait de chasser lorsque sont réunies les circonstances suivantes :

1º Pendant la nuit ou en temps prohibé ;

2º Sur le terrain d’autrui ou dans une réserve de chasse approuvée par L’État ou établie en application de l’article L. 422-27 ou dans le cœur ou les réserves intégrales d’un parc national ou dans une réserve naturelle en infraction à la réglementation qui y est applicable ;

3º A l’aide d’engins et d’instruments prohibés ou d’autres moyens que ceux autorisés par les articles L. 424-4 et L. 427-8 ou en employant des drogues et appâts de nature à enivrer le gibier ou à le détruire ;

4º Lorsque l’un des chasseurs est muni d’une arme apparente ou cachée.

II. – Est puni des mêmes peines le fait de mettre en vente, vendre, acheter, transporter ou colporter du gibier en dehors des périodes autorisées en application de l’article L. 424-8, lorsque le gibier provient d’actes de chasse commis dans l’une des circonstances prévues aux 1º, 2º et 3º du I du présent article.

III. – Est puni des mêmes peines le fait, en toute saison, de vendre, mettre en vente, transporter, colporter ou acheter sciemment du gibier tué à l’aide d’engins ou d’instruments prohibés, lorsque ce gibier provient d’actes de chasse commis dans l’une des circonstances prévues au 1º ou 2º du I.

 

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Les bons vivants cuisinent : faisan au vin blanc et au lard, accompagné de champignons

Aujourd’hui, nous partageons une recette gibier sur le faisan. Avis au amateur de cuisine, faites …