Accueil / Actualité Chasse / A bon vent
Repéré ?

A bon vent

À la chasse, plus précisément à l’approche, de nombreuses techniques se sont développées, réfléchies, élaborées, afin de se faire le plus discret et d’éviter de se faire remarquer. L’odeur humaine doit être limitée au maximum. Chevreuil, sangliers, renards restent à l’affût de la moindre odeur. Se faire humer ne facilitera pas la chasse et encore moins l’approche.

La douche

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous recommander de ne pas vous laver, cela n’aurait aucun sens. Justement, pour minimiser l’odeur humaine, il est conseillé de prendre une douche régulièrement et d’utiliser un savon approprié. Pour les amateurs de l’odeur du monoï, c’est à éviter, sauf si vous chassez le chevreuil des îles.

Des vêtements propres

Les chaussettes qui sentent le renard après quelques sorties, sans avoir été lavées, c’est à éviter ! Le conseil à donner concernant cette partie de l’équipement, c’est de laver régulièrement ses affaires. De plus, il est judicieux de disposer de plusieurs ensembles afin d’effectuer une rotation pour éviter d’imbiber l’équipement de l’odeur humaine. On peut souligner que certains produit neutralisant existent à la vente.

Le vent

Sur le terrain, les abiotiques sont à prendre en considération. Le vent est le facteur naturel que le chasseur définira comme son ennemi ou son allié. À tous ceux qui disent, « il n’y a pas de vent », c’est faux ! Il ne se passe pas une heure sans qu’un déplacement d’air ait lieu. Prenez sur vous une petite bouteille contenant du talc ou une poudre afin de connaître la direction de l’air.

Chasser à bon vent est une réelle difficulté. Pour réussir, il faut connaître le territoire ainsi que le comportement des animaux. Pour savoir tout ça, il faut en amont travailler sur votre sujet, réaliser des sorties, des observations et ainsi faire corps avec la nature.

La chasse est une science, certes le facteur chance peut y jouer une part mais à nous de la minimiser. A l’approche, être à bon vent est est le facteur le plus important, quel que soit le temps. S’ajoute à cela le suivi des animaux, l’équipement, la connaissance du territoire et le résultat ne pourra être que positif.

 

 

About Grégoire Porte

Vérifiez aussi

Un fléau de plus, soyez vigilant !

C’est un facteur à prendre en compte lors de nos sorties natures. La chenille processionnaire …